La Règle de l'Ordre du Temple

1_re_Page_de_la_R_gle_du_Temple

I. Considérations Générales

La règle de l'ordre du Temple s'inspire de la règle de saint Benoît en empruntant quelques éléments à la règle de saint Augustin. Elle est toutefois adaptée au genre de vie active que menaient les frères templiers qui étaient des militaires. Par ailleurs, la règle et les statuts étaient adaptés à la bipolarité de l'ordre de même que certains articles concernaient aussi bien la vie en Occident que la vie en Orient.
Datée de 1128, la règle primitive (ou latine car écrite en latin) est annexée au procès-verbal du concile de Troyes. Elle est introduite par un prologue constitué de 24 articles. Elle comprend un total de 72 articles et 4 commandements.
Vers 1138, sous la maîtrise du deuxième maître de l'ordre du Temple, Robert de Craon (1136-1149), la règle primitive est traduite en français. A cette occasion, certains articles sont supprimés, d'autres modifiés, et le plan général est remanié de façon à regrouper les articles portant sur le même sujet. Ainsi, tous les articles concernant la réception dans l'ordre sont rassemblés au début du manuscrit. La période de noviciat d'un an devient une mise à l'épreuve et l'interdiction de côtoyer les excommuniés dans la règle latine est assouplie grâce à un subtil changement de sens au moment de la traduction. Ceci permettait un plus large recrutement, y compris parmi les chevaliers pécheurs (mais repentants). Dans ce cas, les excommuniés devaient être absous par l'évêque concerné… De plus, la règle française indique pour la première fois que l'ordre dispose de ses propres prêtres qui sont placés sous l'autorité du maître et par conséquent du pape (et non de l'évêque du lieu, ce qui ne manquera pas de provoquer des conflits). La Règle française s'ouvre sur un discours emphatique qui s'adresse directement aux frères : " Vous, qui renoncez à vos propres volontés pour être les serviteurs du souverain roi, par les chevaux et par les armes, pour le salut de vos âmes, (...)"

Les retraits
Les retraits ou retrais sont des articles statutaires qui ont été ajoutés à la version française de la règle. Ils sont écrits en français. Ils apportent un éclaircissement sur :
- la hiérarchie de l'ordre (articles 77 à 197)
- l'organisation conventuelle de l'ordre (articles 279 à 415)
- la justice au sein de l'ordre : les pénalités (articles 224 à 278)
- les pénitences (articles 416 à 543),
- les détails et exemples de pénalités (articles 544 à 656)

Deux rituels :
- le mode d'élection du maître de l'ordre (articles 198 à 222)
- les étapes de la réception dans l'ordre (articles 657 à 686)
Selon les historiens, il faut compter quatre à cinq rédactions différentes des retraits datés d'avant 1187 pour la hiérarchie et entre 1200 et 1257 pour la justice. Aussi, il est probable qu'ils aient été rédigés à l'époque du maître Bertrand de Blanquefort.